Arnaud Montebourg, candidat unique du bloc populaire ?

10 Juin 2021 - DANS LES MÉDIAS

Invité de Nicolas Demorand et Léa Salamé sur France Inter le jeudi 10 juin 2021, Arnaud Montebourg a détaillé ses pistes stratégiques pour faire gagner le bloc populaire en 2022.

Une alternative en 2022 face à Le Pen et Macron

La ligne est claire. Depuis plusieurs mois, Arnaud Montebourg n'en démord pas : face à une gauche qui devient marginale en se désintéressant du bloc populaire et une droite qui se complaît dans le statu quo d'une société inégale, il faut construire une alternative pour le pays. Il l'a détaillé dans une tribune parue dans le Journal Le Monde lundi 10 juin et a exprimé ses propositions ce jeudi matin au micro de la matinale de France Inter (voir la vidéo).

L'ancien ministre de l'économie est inquiet ; si la gauche ne porte plus de projet alternatif pour les gens ordinaires, elle ouvre la porte à la victoire de Marine Le Pen. Dès lors, il propose de « briser la tenaille » et d'empêcher l'histoire de se répéter : le duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, qui semble inéluctable à en croire les éditorialistes, peut être évité.

icon

briser la tenaille

Pour que la majorité sociale du pays puisse se reconstruire autour d'un projet de société vertueux, il faut que le camp social s'inscrive dans le schéma d'une candidature unique qui incarne la demande du bloc populaire. Ainsi, Arnaud Montebourg analyse une demande qui s'ancre « à gauche sur les questions économiques et sociales, à droite sur les questions régaliennes. ». Un projet de refondation bicéphale donc, qui s'intéresse tant à la sécurité des corps, qu'à la sécurité financière et sociale des citoyens. Un projet qui redonne à l'Etat son poids stratégique dans l'industrie, qui permette à chacun de vivre dignement, qui n'hésite pas à être ferme, quand il le faut, sur les questions d'immigration, et qui défende une transition écologique intelligemment menée, sans dogme ni passions stériles, notamment sur la question du nucléaire.

D'abord du fond, du contenu, des orientations.

Demandant à parler « d'abord du fond, du contenu », Arnaud Montebourg souhaite créer les conditions d'une candidature unique de ce bloc populaire autour de propositions d'intérêt général. À quelques mois d'une élection présidentielle, séquence déterminante pour la France, il n'exclut pas la possibilité d'être lui-même candidat, et propose, sans en faire une condition, de mener ce projet sur la route de l'Elysée. Après un titre trompeur du Parisien, il précise même : « En l'état, je ne suis pas encore candidat. Mais ça peut changer. »

Mais pour que ce programme ambitieux pour rebâtir la nouvelle France puisse émerger, il identifie un obstacle : Jean-Luc Mélenchon. Le candidat de la France Insoumise, pour qui Arnaud Montebourg confesse d'ailleurs avoir voté en 2017, n'est plus en mesure de rassembler largement. « Nous avons besoin de gagner. Le pays n'est pas mélenchoniste, il ne sera jamais Président de la République. Tout le monde le sait. » Alors, au nom de l'intérêt général, Arnaud Montebourg est clair : il demande à Jean-Luc Mélenchon de retirer sa candidature pour permettre l'émergence d'un plus doux avenir.

icon

En l'état, je ne suis pas encore candidat. Mais ça peut changer.

L'Engagement se tient prêt à accompagner Arnaud Montebourg dans sa démarche de dialogue et de construction d'un projet politique cohérent et ambitieux.

Rejoignez le mouvement